ALAVIE

Le sommeil et l'enfant / l'adolescent

Si la durée et la qualité du sommeil sont fondamentaux pour les enfants et les adolescents, c'est que le sommeil est indispensable au maintien des fonctions d’apprentissage, de mémorisation et d’adaptation à des circonstances nouvelles, tout en exerçant un rôle-clé pour l’état de bien-être dans la journée. 

 

Si le sommeil n’est pas nécessaire à toutes les formes de récupération, il l’est certainement pour la récupération intellectuelle. Des travaux récents suggèrent que le sommeil permet de maintenir les connexions entre les neurones, consolidant ainsi la mémoire innée et la mémoire acquise (comme celle des leçons).

Pour bien se souvenir de ce que nous avons appris pendant la journée, il faut dormir. Le sommeil favorise donc le stockage et l’organisation de nouvelles connaissances.

 

Au cours de l’enfance, l’augmentation de la densité de ces connexions dans certaines régions du cerveau (cortex frontal) est proportionnelle à la quantité de sommeil profond, ce qui suggère que celui-ci jouerait chez l’enfant un rôle décisif dans la maturation du cerveau.

 

On estime que le sommeil est impliqué dans la croissance chez l’enfant, comme dans la réparation des muscles, de la peau et des os chez l’adulte, parce que l’hormone de croissance, est sécrétée essentiellement au cours du sommeil profond. 

Le sommeil est également un temps privilégié de la constitution de l’immunité.

 

Une autre fonction du sommeil pourrait être la mise au repos de l’organisme, ou du moins la réduction de ses dépenses énergétiques et la reconstitution des stocks d’énergie métabolique (glycogène contenu dans le foie). D’autres systèmes bénéficient de ce « repos » : par exemple le système cardiovasculaire.

 

 

Le sommeil est commandé par deux processus :

 

– la dette de sommeil : le sommeil survient d’autant plus facilement que nous sommes restés éveillés longtemps.

– l’horloge interne : le sommeil est programmé par notre horloge interne.

 


SOPHROLOGIE ET SOMMEIL

Le manque de sommeil, tout comme une mauvaise qualité de sommeil, peuvent se manifester de différentes manières : difficultés d'endormissement, réveils nocturnes, cauchemars, difficultés à se réveiller le matin. Or, le sommeil est fondamental.

La sophrologie va agir à deux niveaux :

  • dans un premier temps, au niveau des symptômes, pour lui permettre de retrouver un rythme de sommeil normal ;
  • dans un second temps, au niveau de la cause, pour traiter la problématique à la source du déséquilibre ayant provoqué la rupture du rythme normal : difficulté d'adaptation par rapport à une situation passagère, anxiété plus profonde ou plus ancienne, de la crainte de l'échec ...